• lecture samedi 10 mars 2018 à 18h

    au Soleil Bleu 39, Grand rue à Lodève

    de François Szabo

    création

      


    votre commentaire
  • Mon dernier recueil:

    Aster Carole

    est disponible chez Sauramps

    Pour les fêtes offrez de la poésie !

     

     

     

    Commander en France :

     

    Commander en France

     

     

     

    Hors France :

    Commander Hors France

     

     

    Mesclun : Méli-Mélo de Poésie

    est disponible chez Sauramps

     

     

    commander

    * * *

    Bientôt la Comédie du Livre

    http://www.sauramps.com/comedie-du-livre-montpellier

     

     retrouvez-moi sur le stand Sauramps

    tout le vendredi 19 mai 2017

    et dimanche 21 mai 2017

     

    On a tous une histoire avec Sauramps    

     

     

    * * *

     

    Pour les fêtes offrez de la poésie !

     

    Pour les fêtes offrez de la poésie !

     Visa Permanent

    de François Szabo

    ebook gratuit :

    Visa Permanent

     

    * * *

     

    Pour les fêtes offrez des recueils de poésie !

    www.sauramps.com

    recueils de François Szabo 

     

     ou bien offrez des agendas 2018 Poetas del Mundo :

    httphttp://www.poetasdelmundo.com/detalle.php?id=3017://www.poetasdelmundo.com/detalle.php?id=3017

    * * *

    association Autour Des Auteurs :

    http://www.autourdesauteurs.fr/category/dernieresparutions/

     htthttp://www.autourdesauteurs.fr/nos-auteurs/francois-szabo/p://www.autourdesauteurs.fr/nos-auteurs/francois-szabo/

    * * *

    Association Les Collecteurs :

    Version Libre  

    http://versionlibreorg.blogspot.fr/

     

    le samedi 6 Mai 18h

    Gazette Café

    6, rue Levat

    Montpellier

    Rencontre avec

    Raymond Alcovère

     Raymond Alcovère invité par les Collecteurs est un magnifique écrivain messager de l’art. Ses livres imprégnés de références de peinture, de musique, de littérature et de différents penseurs nous font voyager avec une extrême et singulière élégance. Nous vous invitons à venir le découvrir.

     * * *

    note de lecture :

     

    Les ténèbres diurnes

     

    De Sergueï Stratanovski (Russie)

     

    Traduit du russe par Henri Abril

     

    bilingue

     

    Editions Circé, 2016

     

    235 p

     

     

     

                Les éditions Circé nous font découvrir avec cette édition bilingue un poète bien trop méconnu mais qui se révèle un témoin de l’agonie de l’Union Soviétique et de la permanence tragique de la Russie post soviétique. Cet immense empire n’est pas homogène loin de là et les tensions idéologiques ou cultuelles existent depuis toujours et se poursuivent dans une cavalcade effrénée.

     

                Mais c’est bien l’humanité dans sa chair souffrante qui est sujet et non l’Histoire, faisant du lecteur un sensible observateur de l’âme russe, de tous les possibles et par la poésie, Sergueï Stratanovski nous livre un tableau sincère et troublant avec certes de l’amertume, mais également des moments de grâce.

     

                Il y a également une ferveur mystique non stéréotypée, une quête où le chemin d’épines est une rude épreuve mais non sans transcendance.

     

                Ce livre est absolument poignant et révélateur d’une grande personnalité artistique.

     

    François Szabó

     commander :

     Ténèbres diurnes

     

    * * *

    note de lecture :

     

    Ce que je lisais aux morts

     

    de Władysław Szlengel (Pologne)

     

    Traduit du polonais par Jean-Yves Potel et Monika Prochniewicz

     

    bilingue

     

    Éditions Circé, mars 2017

     

    273 p

     

     

     

    Ces poèmes du ghetto de Varsovie composés en 1942-1943 sont saisissants et sont parvenus jusqu’à nous par le miracle de personnes héroïques. Nous voyons bien ici que dans les pires situations, les créations artistiques et leur partage sont les seules issues et seuls éléments pouvant et devant être transmis afin, on l’espère, que l’Histoire ne bégaie pas.

     

    Il y a à la fois le vertige de la lucidité et la capacité de dire avec une efficace et douloureuse économie de moyens la béance de chaque vie disparue.

     

    Un extrait dans le poème Le Monument : … « Mais aux nouvelles générations, /ni l’airain ni le mythe ne raconteront/qu’Elle a été prise et tuée…/et qu’Elle n’est plus là… »…

     

    Ce recueil n’est pas de trop pour faire face consciemment à la bête immonde.

     

    François Szabó

     

    commander :

    Ce que je lisais aux morts 

     

     * * *

    Pour les fêtes offrez de la poésie !

    retour sur le Festival de Poésie pour la Paix de Saint Guilhem le Désert

    * * *

    Lancement de la saison à la Maison de la Poésie

     Vendredi 7 octobre 2016 - 18h

    La Maison de la Poésie

    Moulin de l'Evêque

    78, avenue du Pirée - Montpellier

    devient

    La Maison de la Poésie Jean JOUBERT

    18h: dévoilement de la nouvelle plaque par les élus de la Ville de Montpellier

    19h15: présentation du livre de poésie posthume de Jean JOUBERT,

    Longtemps j'ai courtisé la nuit

    (préface de Frédéric Jacques Temple) par l'éditeur Bruno DOUCEY

    19h30: récital poésie/ musique "Longtemps j'ai courtisé la nuit"

    Voix: Bruno DOUCEY

    Musique: Héloïse DAUTRY (harpe), José TERRAL (guitare)

    Exposition de l'artiste Raphaël SEGURA : Pont de bois sur le torrent du DRAC, sept monotypes sur le poème de Jean Joubert (Anthologie personnelle, Actes Sud)  


    votre commentaire
  •  

    Jean-Claude Awono

     

    Villedéogramme[1]

     

    Une ville à déchiffrer

     

     

     

                Ce recueil, Villedéogramme, pourrait être un manifeste poétique avec son lot de politique et d’ontologie.

     

                C’est avant tout une forte manifestation d’images et un désir de montrer sans détours une réalité à appréhender. C’est la modernité faite parole et racines repères de l’être humain.

     

                « Sur la paraphrase matinale / Et la parabole rectiligne du poème / Je plante l’étendard de la nouveauté pluréelle / Et je solde la sourde traction des thèses tribales / Avec les tractations du large / Dans le campus du poème / J’érige et j’exige / Le label de la liberté […] »[2]

     

                Pouvoir poétique, croisée des destinées dans l’âge numérique, connexions humaines déchiffrées dans la libération de l’expression.  Cyberécriture comme réponse à un futur mâtiné d’inconnues issues, c’est en rendant à la poésie aussi sa forme orale que se déchaîne Jean-Claude Awono par sa fougue pleine de secret et de précision autant dans la forme que dans l’imagination en néologismes indispensables pour accueillir le monde en constant mouvement.

     

                C’est également le rêve d’une métamorphose de la ville (en l’occurrence Yaoundé) afin qu’elle devienne somptueuse et pacifiée, la ville aux sept collines (non une nouvelle Rome), mais accueillante et belle capitale. C’est dans son élan vers davantage de beauté, de tolérance, de qualité de vie que se construira son identité.

     

                Quête d’indépendance du poète, de liberté confrontée à la réalité, Jean-Claude Awono a la bravoure de se tracer une voie dans la solitude existentielle qui est notre lot. C’est en homme accompli qu’il déchiffre le monde, la ville – ce palimpseste si complexe.

     

                Le rythme du recueil est une marche pressée, oppressée, course contre la montre pour allumer des étoiles, pour faire clarté et lumière sur la ville / la vie.

     

                Destin mêlé, il faut inventer chaque jour, porter la voix, montrer la voie, ce que fait si bien ici le poète pacificateur et idéaliste, créateur d’un environnement viable.

     

                Bel exemple de maturité et de verve, dans Villedéogramme nous trouvons un acte de foi en l’humain à venir. Celui qui se construit pierre à pierre, telle la ville, pas à pas tel l’homme qui marche dans la sphère de tous les possibles.

     

                Ce pourquoi il nous est si indispensable de lire et relire Jean-Claude Awono, toute blessure cicatrisant, toute rédemption, toute réconciliation, telle une langue d’amour.

     

    François Szabó

     

      

    [1] Awono, Jean-Claude « Villedéogramme » Yaoundé : Editions Ifrikiya, 2007

    [2] Idem p 48

     


    votre commentaire
  • Urgence Poésie #2

    07 au 10 juillet 2016

    Lodève 

    crédits photos Françoise Lesage

    * * *

     

    Bientôt la Comédie du Livre

    http://www.sauramps.com/comedie-du-livre-montpellier

     

    On a tous une histoire avec Sauramps  

     

    * * *

    Urgence Poésie

    Festival de Poésie à Lodève

    du jeudi 7 juillet au dimanche 10 juillet 2016

    conférence de presse le 28 juin

    18h au Gazette Café 6, rue Levat Montpellier

    programme 2016 ci-dessous :

     https://www.facebook.com/317307801810344/photos/pcb.488424144698708/488423644698758/?type=3

    https://www.facebook.com/317307801810344/photos/pcb.488424144698708/488423661365423/?type=3

    * * * 

    Mercredi 4 Mai 2016 11h

    émission Rimbaldies on tape

    sur la radio

    l'Eko des Garrigues

    invité par Pascal Nyiri

    rediffusion le 13 mai à 16h

    http://www.ekodesgarrigues.com/

     http://www.ekodesgarrigues.com/a-venir/article/rimbaldies-on-tape-1720

     

    http:http://ekodesgarrigues.com/mp3/Podcast/Rimbaldies_On_Tape-04-05-16.mp3//ekodesgarrigues.com/mp3/Podcast/Rimbaldies_On_Tape-04-05-16.mp3

    * * *

    Lundi 25 avril 2016

    14h30

    à la société des poètes français

    16, rue Monsieur le Prince

    75006 Paris

    Une voix de parole et d'extase

    recueil

    de François Szabo

    présenté par Monique Poulard

    dit par Claire Dutrey

    lundi des poètes

     

     

    * * *

     

     nouveauté avril 2016

    le recueil

    Au Finisterre de l'imagination

    de François Szabo

    disponible chez

    www.sauramps.com

    http://www.sauramps.com/au-finistere-de-l-imagination-5139042.html

     


    12 commentaires